Au quotidien sous le souffle du Saint Esprit
"Gardons nos lampes allumées"...Voici l'époux qui vient! Allons à la rencontre du Christ , le Seigneur! (Mt 25,6)
Des Liens Utiles

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon


Flux RSS



Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Au quotidien sous le souffle du Saint Esprit sur votre site de social bookmarking


Mardi Saint :Annonce de la trahison de Judas et du reniement de Pierre (Jn 13, 21-33.36-38)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mardi Saint :Annonce de la trahison de Judas et du reniement de Pierre (Jn 13, 21-33.36-38)

Message  invite le Mar 26 Mar - 7:23

Viens Esprit Saint viens

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 13,21-33.36-38.

A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, au cours du repas qu'il prenait avec ses disciples, il fut bouleversé au plus profond de lui-même, et il attesta : " Amen, amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera. " Les disciples se Regardaient les uns les autres, sans parvenir à comprendre de qui Jésus parlait. Comme il y avait à table, tout contre Jésus, l'un de ses disciples, celui que Jésus aimait, Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C'est celui à qui j'offrirai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l'Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. Jésus lui dit alors : « Ce que tu fais, fais-le vite. » Mais aucun des convives ne comprit le sens de cette parole. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d'acheter ce qu'il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt ; il faisait nuit. Quand Judas fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez. J'ai dit aux Juifs : Là où je m'en vais, vous ne pouvez pas y aller. Je vous le dis maintenant à vous aussi. Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je m'en vais, tu ne peux pas me suivre pour l'instant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois.


aelf org


« Il fait nuit »

« Qui est-ce ? » Question bien anodine pour un épisode si dramatique. Les disciples viennent d’être déconcertés par l’attitude et les recommandations de Jésus après le lavement des pieds et voilà que Jésus enfonce le clou. « L’un de vous me livrera ». Rien de plus pénible que l’attente dans ces moments-là et le bouillant Pierre ne peut attendre plus longtemps et fait demander à Jean de qui il s’agit. Le trouble est patent. Pierre sent-il déjà le reniement monter en lui ? Les autres ont-ils déjà envie de prendre leurs jambes à leur cou ? Et nous ? Lorsqu’il fait nuit, il fait nuit. Et pourtant, c’est à ce moment-là que le Fils de l’homme est glorifié et que le salut nous est donné gratuitement si nous ouvrons nos yeux et notre cœur.


ndbeaufort

Like a Star @ heaven

invite
participant
participant


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mardi Saint :Annonce de la trahison de Judas et du reniement de Pierre (Jn 13, 21-33.36-38)

Message  Marie alice le Mar 26 Mar - 9:38



Livre d'Isaïe 49,1-6.


É
coutez-moi,îles lointaines ! Peuples éloignés, soyez attentifs ! J'étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m'a appelé ; j'étais encore dansles entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait dema bouche une épée tranchante, il m'a protégé par l'ombre de sa main ; il a fait de moi sa flèche préférée, il m'a serré dans son carquois. Il m'a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je me glorifierai. »Et
moi, je disais : « Je me suis fatigué pour rien, c'est pour le néant, c'est en pure perte que j'ai usé mes forces. » Et pourtant, mon droit
subsistait aux yeux du Seigneur, ma récompense auprès de mon Dieu.Maintenantle Seigneur parle, lui qui m'a formé dès le sein de ma mère pour que jesois son serviteur, que je lui ramène Jacob et que je lui rassemble Israël. Oui, j'ai du prix aux yeux du Seigneur, c'est mon Dieu qui est ma force.Il parle ainsi : « C'est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les rescapés d'Israël : je
vais faire de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre. »



Psaume 71(70),1-2.3.5a.6.15.17.


En toi, Seigneur, j'ai mon refuge : garde-moi d'être humilié pour toujours. Dans ta justice, défends-moi, libère-moi, tends l'oreille vers moi, et sauve-moi. Sois le rocher qui m'accueille, toujours accessible ; tu as résolu de me sauver : ma forteresse et mon roc, c'est toi ! Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance, toi, mon soutien dès avant ma naissance, tu m'as choisi dès le ventre de ma mère ; tu seras ma louange toujours ! Ma bouche annonce tout le jour,tes actes de justice et de salut ; Mon Dieu, tu m'as instruit dès ma jeunesse, jusqu'à présent, j'ai proclamé tes merveilles.
Commentaire du jour

Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève et docteur de l'Église
OC, t. 10, p. 374 (in Le Livre des quatre amours, Desclée 1964, p. 234 ; français modernisé)



« Le coq ne chantera pas avant que tu ne m'aies renié trois fois »

Saint Pierre, l'un des apôtres, fit un grand tort à son Maître,
car il renia et jura qu'il ne le connaissait pas, et, non content de
cela, il le maudit et blasphéma, protestant ne pas savoir qui il était
(Mt 26,69s). Grand accident que celui-ci, lequel perça le cœur de notre
Seigneur ! Hé, pauvre saint Pierre, que faites-vous et que dites-vous ?
Vous ne savez pas qui il est, vous ne le connaissez pas, vous qui avez
été appelé de sa propre bouche à l'apostolat, vous qui avez confessé
qu'il était le Fils du Dieu vivant ? (Mt 16,16) Ah, misérable homme que
vous êtes, comment osez-vous dire que vous ne le connaissez pas ?
N'est-ce pas celui qui naguère était à vos pieds pour les laver (Jn
13,6), qui vous a nourri de son Corps et de son Sang ?...

Que personne ne présume de ses bonnes œuvres et pense n'avoir plus
rien à redouter, puisque saint Pierre, qui avait reçu tant de grâces,
qui avait promis d'accompagner notre Seigneur à la prison et jusques à
la mort même, le renia néanmoins au moindre sifflement d'une chambrière.

Saint Pierre entendant le coq chanter se ressouvint de ce qu'il
avait fait et de ce que lui avait dit son bon Maître ; et alors,
reconnaissant sa faute, il sortit et pleura si amèrement que pour cela
il reçut indulgence plénière et rémission de tous ses péchés. Ô
bienheureux saint Pierre, qui par une telle contrition de vos fautes,
avez reçu le pardon général d'une si grande déloyauté... Je sais bien
que ce furent les regards sacrés de notre Seigneur qui lui pénétrèrent
le cœur et lui ouvrirent les yeux pour lui faire reconnaître son péché
(Lc 22,61)... Depuis ce temps-là, il ne cessa jamais de pleurer,
principalement quand il entendait le coq la nuit et le matin... Par ce
moyen, de grand pécheur qu'il était il devint un grand saint.

www.levangileauquotidien.org/
avatar
Marie alice
service
service


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum