Au quotidien sous le souffle du Saint Esprit
"Gardons nos lampes allumées"...Voici l'époux qui vient! Allons à la rencontre du Christ , le Seigneur! (Mt 25,6)
Des Liens Utiles

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon


Flux RSS



Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de Au quotidien sous le souffle du Saint Esprit sur votre site de social bookmarking


Tu m'appelles, Seigneur, à l'amitié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tu m'appelles, Seigneur, à l'amitié

Message  admin le Ven 23 Oct - 5:40

Tu m'appelles, Seigneur, à l'amitié
et voilà que mon visage est marqué,
marqué par mes soucis,
ceux qui reviennent à la surface
et qui me font parfois un masque dur,
fermé, agressif...
Des soucis, des épreuves, des ennuis
qui encombrent et ma vie et mon coeur.
Soucis que je pourrais garder pour moi
et que je ne cesse de raconter aux autres
et qui parasitent parfois ma relation avec eux.
Et pourtant, tu le sais, l'amitié est là,
à fleur de peau, à fleur de sourire.
Il en faudrait si peu pour que le masque tombe.
Où en suis-je, Seigneur, du visage de l'amitié ?

Tu m'appelles, Seigneur,
à la conscience professionnelle.
Comme dit le poète:
«Sans cesse, sur le métier, remettez votre ouvrage.»
C'est tout le contraire des affaires bâclées,
vite fait, bien fait.
Mais l'amour du travail qui dit la signature
de l'artisan, par cette minutie tracassière
qui paralyse l'intelligence, les doigts, le coeur,
mais cette conscience qui fait de moi une femme,
un homme responsable.
Où en suis-je de cette conscience-là ?
Où en suis-je de cette responsabilité ?

Tu m'appelles, seigneur, au déploiement de mes dons
Je le sais, on me l'a dit,
je suis capable de bien des choses.
Capable bien sûr, comme tout le monde,
du meilleur et du pire.
Et qu'est-ce qui fait que je me complaise
dans une tiédeur stérile,
une tiédeur qui paralyse mon élan,
alors que tant de choses en moi
pourrait sourdre, naître, se déployer ?
Où en suis-je, mon Dieu, du déploiement de mes dons ?

Mais moi, Seigneur, je me recouvre
du masque de trahison et de paresse.
Pardon, Seigneur.


Robert Riber
coopdonbosco.skynetblogs.be



_________________
avatar
admin
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum