Au quotidien sous le souffle du Saint Esprit
"Gardons nos lampes allumées"...Voici l'époux qui vient! Allons à la rencontre du Christ , le Seigneur! (Mt 25,6)
Des Liens Utiles

Le saint du jour

Une Minute avec Marie

Homélie du Père Jean

Une Parole pour ta route

Diocèse de la Réunion

=

Doyenné du Tampon


Flux RSS



Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de Au quotidien sous le souffle du Saint Esprit sur votre site de social bookmarking


♥Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa ♥

Aller en bas

♥Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa ♥

Message  elydia le Lun 8 Oct - 18:31





La Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa
1904-1955

Fête le 13 octobre

Alexandrina
(Alexandrine) Maria da Costa naît le Mercredi Saint de l’année 1904 au
lieu-dit Gresufes du village de Balasar dans le district de Porto et
l’archidiocèse de Braga. Elle est baptisée le Samedi Saint suivant.
Quelques années plus tard, la famille se déplace au lieu-dit Calvário
(nom prédestiné! ) du même village de Balasar. Dès l’âge de 9 ans,
Alexandrina travaille aux champs puis, comme journalière. A 12 ans, elle
fait une première chute d’un chêne et on doit lui donner
l’extrême-onction. Elle se rétablit. Alexandrina est nommée catéchiste
et membre de la chorale. Elle a une belle voix et aime beaucoup la
musique. A 14 ans, en 1918, survient le drame qui bouleverse sa vie : le
Samedi Saint, trois hommes entrent dans la chambre où elle fait de la
couture avec sa sœur Olinda et une amie et ils tentent de la violenter.
Elle n’a d’autre ressource que de sauter par la fenêtre ; elle tombe
dans le jardin, quatre mètres plus bas. Il s’ensuit une compression de
la moelle épinière et un handicap permanent. Ni cure ni médecins ne
réussissent à améliorer son état. Parfois, elle peut marcher en se
traînant jusqu’à l’église mais on se moque de sa démarche ; elle réussit
au prix de grands efforts à assister au congrès eucharistique de Braga
en 1924. Peu après, elle s’alite définitivement, pour les trente
dernières années de sa vie. Dès lors, sa sœur plus âgée, Olinda, devient
son infirmière, son assistante en tout et, plus tard, sa secrétaire. Au
début, Alexandrina demande à Dieu la guérison et lui promet de devenir
missionnaire si elle l’obtient. Finalement, elle comprend qu’il faut se
résigner. Elle accepte et s’offre. Jésus se révèle à elle et lui parle
familièrement jour et nuit. Souvent, elle lui demande ce qu’il faut
faire et invariablement, il lui répond : “souffrir, aimer, racheter”. Il
lui propose de s’assimiler complètement à sa passion. Chaque Vendredi,
et cela jusqu’en 1942, elle revit la Passion d’une façon si concrète que
son directeur spirituel, le Père Pinto, peut en voir le déroulement,
et, à cette occasion-là, Alexandrina retrouve la liberté de ses
mouvements. A ces souffrances s’en ajoute une autre : Sa mère s’est
portée garante pour une parente, mais celle-ci n’ayant pu rembourser,
les poursuites se retournent contre la famille d’Alexandrina qui,
pendant six ans, connaît le cauchemar de la pauvreté et même le risque
d’être chassée de leur maison.




En 1938, le Seigneur demande à Alexandrina de faire connaître sa volonté
que le monde soit consacré au Cœur Immaculé de Marie par le pape (et
chaque diocèse par son évêque). Sinon, on connaîtra le terrible
châtiment de la guerre à cause des péchés, notamment celui de l’impureté
et des communions sacrilèges. Pendant un an, son directeur, chargé de
faire parvenir ce message à Rome, fait la sourde oreille. Au début de
1939, il écrit enfin au cardinal Pacelli, lequel, devenu Pape sous le
nom de Pie XII, réalisera cette consécration en 1942. A partir de cette
année-là, Alexandrina obtient la grâce que sa passion et ses stigmates
ne soient plus visibles à l’extérieur. C’est alors aussi qu’elle cesse
totalement de se nourrir, et cela jusqu’à sa mort, c'est-à-dire pendant
13 ans. Ces événements mystiques étant de plus en plus connus (à son
grand regret, mais Jésus lui explique qu’elle revit sa vie publique),
des foules, de plus en plus nombreuses, commencent à affluer chez elle :
15000 personnes le 29 juin 1953. (L’archevêché avait interdit toute
visite en 1944 et 1952, mais finalement était revenu sur sa décision).
Alexandrina voit la mort approcher avec lucidité ; alors, par deux fois,
elle dicte un testament spirituel adressé aux pécheurs. Elle meurt le
Jeudi 13 octobre 1955 (jour anniversaire de la dernière apparition à
Fatima).


http://imagessaintes.canalblog.com



avatar
elydia
modération
modération


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum